Ordre d'affichage : Chronologique - Alphabétique - Catégories :

A travers le miroir (1988)

a6 = At (2011)

Six Chants de Nature et d'Amour

Alleluia « Diamante » (2008)

Atmen (1987)

Au Bonheur retrouvé (1983)

Au front de la lune (2002)

Au plus profond d'un étrange rêve éveillé (1989)

Transparence d'Orlando Lasso

Cadence pour le concerto pour harpe de Boieldieu (1998)

Cadence pour le concerto pour Vlc en Ut de Haydn (2013)

Calme illimité (2006)

Chant d'aubes (1991)

Chants de l'humanité à jamais en équilibre (1997)

Chants disparus (1992)

Chaque atome de silence est la chance d'un fruit mûr (2016)

Chemins du minéral (1995)

Concordance des temps (2014)

Cristal (1997)

Hommage à Anton Webern

Déchiffrage pour trompette (1985)

Déchirure d'un temps plissé (2005)

Dentelle du Cygne (1991)

Des échos de silence (1991)

Des rives de lumière (1997)

Dulwan nimindi (2004)

d'un souffle ardent (2010)

d'une fertile vacuité (2017)

Etendues (1985)

Etudes de bleu (2010)

e'l bianco more (2005)

Ferus adscendit Cyclops (2013)

Figuration sur un ballet abstrait (1986)

Fragments composés (1988)

Geste (1982)

Huit petites pièces pour violon (1994)

Im Schatten (2014)

Images (1984)

Instants élémentaires (2006)

Lamentations de Jérémie (1987)

Le Chamois (1982)

Lecture (1984)

Les faibles lueurs (1995)

Quatuor à cordes n° 1

Les terres fertiles (2017)

Lignes (1985)

Litanies (2003)

Locomusique (2014)

Marge étroite (1989)

Menus propos (1986)

Mille regretz (1998)

Quatuor à cordes n° 3

Miniature I (2015)

Miniature II (2015)

Momentanés (1991)

Music for PCL (1999)

N.E.W.S (2018)

Na ka nonoroa (2009)

Obscure lumière (2016)

Or (1988)

Papillon du Japon (1986)

Par une main éparpillées (1997)

Pas de fumée sans feu (Trois duos) (2014)

Passages (1984)

Paysages à composer (1990)

Pierre vive (1992)

pour les 10 ans d'Aleph (1994)

Prisme (1985)

Huit Réfractions d'un élément musical de Bela Bartok

Quasi canto (2009)

Quatuor à cordes n° 2 (inachevé) (1997)

Recherche (1982)

Rumeur (1984)

sed lex. (2007)

Sens dessus dessous - Sans queue ni tête (1989)

Sept petites pièces pour Quatuor à cordes (1996)

Sinfonia di paradiso (1992)

So fern (2006)

Sobre una canción antigua (2008)

Story board (2003)

sur Bleus (2005)

Traces (2014)

Transparences (1994)

Triste merveille (2010)

Trois Duos pour violons (1982)

Trois poésies d'Outre-mer (2011)

Tropes (2012)

Tsien (1989)

Un Conte fantastique (1993)

Un futur insoupçonné (2011)

Une Idée obstinée (1985)

Trois instant pour deux violoncellistes débutants

Upon A.D. (version brève) (1996)

Upon GA (2000)

Warana (2007)

xi ling (2012)

… comment il faut aimer (2014)

… par cette ligne blanche … (1989)

« in quo mihi bene complacui » (2001)

e'l bianco more (2005)


Dirigé, Voix

effectif : 6 voix de femmes et clarinette

durée : 9 mn 30

commande de Terre d’empreinte

 

création en juin 2005, au Bourget-du-Lac dans le cadre du Festival Les Voix du Prieuré, par Résonance Contemporaine, dir. Alain Goudard

 

partition : fichier pdf  gratuit sur demande au compositeur

Enregistrements

Aperçu de la partition

Extrait audio

 

Présentation 

 

à Anne-Laure Pascal.

 

    Au tout début était le plaisir éprouvé à entendre ou chanter des motets du XIII° siècle . J’en ai étudié, classé, et surtout éliminé, à partir des manuscripts de Montpellier, de Bamberg, Las Huelgas également un peu, et aussi du Roman de Fauvel. Je souhaitais déduire la composition du principe de superposition de textes, de langues et de sens différents, associés à des voix pourtant reliées grâce à leur texte par leur sujet, leurs sonorités, des rappels, etc …

 

    L’imbrication issue des hoquets médiévaux a également laissé des traces dans l’écriture.

 

    Les textes chantés dans “e’l bianco more” sont presque entièrement dominés par l’inquiétude, le trouble et le tourment qu’induit le développement de notre société, et qui ont logiquement appelé le Roman de Fauvel (“Je voi douleur a venir… ”), critique sociale très claire de son époque.

 

… Avec, peut-être de façon sous jacente, mais en tous cas exprimée au début et à la fin, la lumière (“Et illuminare … ”).

 

    Ces textes proviennent de trois origines bien distinctes :

– Dante (extraits de l’Enfer et du Purgatoire)

– des motets du XIII° siècle

– des extraits d’œuvres de Marie Mas, poétesse contemporaine avec qui j’avais déjà travaillé pour la composition de “Au front de la lune”.

 

    Il y a donc trois, ou plus exactement quatre langues qui sonnent dans la pièce :

– l’italien ancien de Dante

– le latin du XIII°

– le français du XIII°

– et le français contemporain

 

“J’entre dans le bruit : l’abîme me broit .” (Marie Mas)

 “A la clarté qui tout enlumina …”. (motet XIII°, sur la teneur “Et illuminare”)