Ordre d'affichage : Chronologique - Alphabétique - Catégories :

Les terres fertiles (2017)

Obscure lumière (2016)

Chaque atome de silence est la chance d'un fruit mûr (2016)

Miniature II (2015)

Miniature I (2015)

Concordance des temps (2014)

… comment il faut aimer (2014)

Locomusique (2014)

Pas de fumée sans feu (Trois duos) (2014)

Im Schatten (2014)

Traces (2014)

Ferus adscendit Cyclops (2013)

Cadence pour le concerto pour Vlc en Ut de Haydn (2013)

xi ling (2012)

Tropes (2012)

a6 = At (2011)

Six Chants de Nature et d'Amour

Trois poésies d'Outre-mer (2011)

Un futur insoupçonné (2011)

Etudes de bleu (2010)

Triste merveille (2010)

d'un souffle ardent (2010)

Na ka nonoroa (2009)

Quasi canto (2009)

Sobre una canción antigua (2008)

Alleluia « Diamante » (2008)

sed lex. (2007)

Warana (2007)

So fern (2006)

Calme illimité (2006)

Instants élémentaires (2006)

Déchirure d'un temps plissé (2005)

e'l bianco more (2005)

sur Bleus (2005)

Dulwan nimindi (2004)

Story board (2003)

test2 (2003)

dfgsdfgsdfgsdfgsdfg

Litanies (2003)

Au front de la lune (2002)

« in quo mihi bene complacui » (2001)

Upon GA (2000)

Music for PCL (1999)

Cadence pour le concerto pour harpe de Boieldieu (1998)

Mille regretz (1998)

Quatuor à cordes n° 3

Cristal (1997)

Hommage à Anton Webern

Par une main éparpillées (1997)

Des rives de lumière (1997)

Quatuor à cordes n° 2 (inachevé) (1997)

Chants de l'humanité à jamais en équilibre (1997)

Sept petites pièces pour Quatuor à cordes (1996)

Upon A.D. (version brève) (1996)

Chemins du minéral (1995)

Les faibles lueurs (1995)

Quatuor à cordes n° 1

pour les 10 ans d'Aleph (1994)

Huit petites pièces pour violon (1994)

Transparences (1994)

Un Conte fantastique (1993)

Chants disparus (1992)

Pierre vive (1992)

Sinfonia di paradiso (1992)

Dentelle du Cygne (1991)

Momentanés (1991)

Des échos de silence (1991)

Chant d'aubes (1991)

Paysages à composer (1990)

Sens dessus dessous - Sans queue ni tête (1989)

Au plus profond d'un étrange rêve éveillé (1989)

Transparence d'Orlando Lasso

… par cette ligne blanche … (1989)

Marge étroite (1989)

Tsien (1989)

Or (1988)

Fragments composés (1988)

A travers le miroir (1988)

Atmen (1987)

Lamentations de Jérémie (1987)

Menus propos (1986)

Papillon du Japon (1986)

Figuration sur un ballet abstrait (1986)

Etendues (1985)

Déchiffrage pour trompette (1985)

Prisme (1985)

Huit Réfractions d'un élément musical de Bela Bartok

Une Idée obstinée (1985)

Trois instant pour deux violoncellistes débutants

Lignes (1985)

Images (1984)

Lecture (1984)

Rumeur (1984)

Passages (1984)

Au Bonheur retrouvé (1983)

Geste (1982)

Recherche (1982)

Le Chamois (1982)

Trois Duos pour violons (1982)

Obscure lumière (2016)


Musique de chambre

effectif : quatuor à cordes

durée : 5 mn

 

création le 9 juillet 2017 dans le cadre du Festival d’Aix-en-Provence par le Quatuor Béla

 

partition et matériel : fichiers pdf  gratuits sur demande au compositeur

 

 

Enregistrements

 

Aperçus de la partition

 

Extrait audio

 

Extrait vidéo

 

 

Présentation 

 

Obscure lumière

 

sur « l’Hymne des Milles », composé en 1939 par Adolf Siebert alors interné au Camp des Milles

 

Ecrire une courte pièce pour quatuor à cordes en résonance avec l’Hymne des Milles, voilà quelle a été au tout départ la proposition que le Quatuor Béla m’a adressée. Accueillir le projet sans hésiter me laissait pourtant devant une inconnue : savoir intégrer à ma composition une musique que je ne connaissais pas encore et qui m’arrivait ainsi de l’extérieur. Pour avoir un sens, l’adéquation devait être large, et profonde. Odile Boyer, directrice adjointe de la Fondation du Camp des Mille-Mémoire et Education l’a permis en me faisant connaître et comprendre le lieu même du camp, et en proposant à ma lecture – entre autre – « Le Diable en France », très touchant récit autobiographique de l’écrivain allemand Lion Feuchtwanger, interné dans le camp avant de pouvoir s’en échapper en 1940. Tout cela a pu faire naître en moi une proximité avec ceux qui alors ont vécu au camp, artistes et intellectuels pour beaucoup, et ma composition est portée par une sympathie instinctive envers eux, et particulièrement le musicien Adolf Siebert qui avait écrit l’Hymne dans ces conditions si difficiles. « Obscure lumière » est traversé par son chant. De façon souterraine au moins, car il n’y a pas de sens à composer en espérant faire reconnaître un chant que de toutes façons la majorité du public ne connait pas. Pourtant, la composition laissera l’Hymne clairement émerger de la trame musicale, ainsi que pour les internés la lumière savait jaillir de l’obscurité.