Ordre d'affichage : Chronologique - Alphabétique - Catégories :

Les terres fertiles (2017)

Obscure lumière (2016)

Chaque atome de silence est la chance d'un fruit mûr (2016)

Miniature II (2015)

Miniature I (2015)

Concordance des temps (2014)

… comment il faut aimer (2014)

Locomusique (2014)

Pas de fumée sans feu (Trois duos) (2014)

Im Schatten (2014)

Traces (2014)

Ferus adscendit Cyclops (2013)

Cadence pour le concerto pour Vlc en Ut de Haydn (2013)

xi ling (2012)

Tropes (2012)

a6 = At (2011)

Six Chants de Nature et d'Amour

Trois poésies d'Outre-mer (2011)

Un futur insoupçonné (2011)

Etudes de bleu (2010)

Triste merveille (2010)

d'un souffle ardent (2010)

Na ka nonoroa (2009)

Quasi canto (2009)

Sobre una canción antigua (2008)

Alleluia « Diamante » (2008)

sed lex. (2007)

Warana (2007)

So fern (2006)

Calme illimité (2006)

Instants élémentaires (2006)

Déchirure d'un temps plissé (2005)

e'l bianco more (2005)

sur Bleus (2005)

Dulwan nimindi (2004)

Story board (2003)

test2 (2003)

dfgsdfgsdfgsdfgsdfg

Litanies (2003)

Au front de la lune (2002)

« in quo mihi bene complacui » (2001)

Upon GA (2000)

Music for PCL (1999)

Cadence pour le concerto pour harpe de Boieldieu (1998)

Mille regretz (1998)

Quatuor à cordes n° 3

Cristal (1997)

Hommage à Anton Webern

Par une main éparpillées (1997)

Des rives de lumière (1997)

Quatuor à cordes n° 2 (inachevé) (1997)

Chants de l'humanité à jamais en équilibre (1997)

Sept petites pièces pour Quatuor à cordes (1996)

Upon A.D. (version brève) (1996)

Chemins du minéral (1995)

Les faibles lueurs (1995)

Quatuor à cordes n° 1

pour les 10 ans d'Aleph (1994)

Huit petites pièces pour violon (1994)

Transparences (1994)

Un Conte fantastique (1993)

Chants disparus (1992)

Pierre vive (1992)

Sinfonia di paradiso (1992)

Dentelle du Cygne (1991)

Momentanés (1991)

Des échos de silence (1991)

Chant d'aubes (1991)

Paysages à composer (1990)

Sens dessus dessous - Sans queue ni tête (1989)

Au plus profond d'un étrange rêve éveillé (1989)

Transparence d'Orlando Lasso

… par cette ligne blanche … (1989)

Marge étroite (1989)

Tsien (1989)

Or (1988)

Fragments composés (1988)

A travers le miroir (1988)

Atmen (1987)

Lamentations de Jérémie (1987)

Menus propos (1986)

Papillon du Japon (1986)

Figuration sur un ballet abstrait (1986)

Etendues (1985)

Déchiffrage pour trompette (1985)

Prisme (1985)

Huit Réfractions d'un élément musical de Bela Bartok

Une Idée obstinée (1985)

Trois instant pour deux violoncellistes débutants

Lignes (1985)

Images (1984)

Lecture (1984)

Rumeur (1984)

Passages (1984)

Au Bonheur retrouvé (1983)

Geste (1982)

Recherche (1982)

Le Chamois (1982)

Trois Duos pour violons (1982)

Quasi canto (2009)


Solo, Electronique

effectif : percussion et dispositif électroacoustique (sons fixés)

durée : 9 mn 30

 

création en novembre 2009, au Studio Ansermet de Genève dans le cadre du Concours International de Percussion

 

 

La partie électroacoustique est disponible sur le cd vendu avec la partition. Il s’agit d’une musique stéréo.

 

La pièce est structurée pour pouvoir être interprétée suivant plusieurs versions différentes, suivant la permutation choisie des 3 parties constituantes. Le cd fournit toutes les solutions possibles, immédiatement accessibles.

 

édition Alfonce Production (partition et cd des sons fixés)

 

Aperçus de la partition

Extrait audio

 

 

Présentation

à Jean Geoffroy

 

 

    Trois parties, non pas indépendantes, mais interchangeables, définissent trois mondes sonores distincts, dominés par un dessin unificateur.

 

    Les particularités de chacun de ces univers dépendent d’abord des instruments qui les habitent principalement : peaux et petits bois d’un côté, gongs et tambours de bois d’un autre, ou enfin petites percussions marquées par les métaux aigus. La partie électroacoustique induit bien évidemment l’esprit de chaque partie.

 

    Les caractères s’individualisent également au travers des tempi et des dynamiques, mais surtout par la façon de faire sonner les percussions et la bande, plus ou moins rythmique, plus ou moins profonde, plus ou moins claire.

 

    Chacune des trois parties contient en son sein des fragments des deux autres, comme des inclusions à l’intérieur d’un cristal. Suivant l’ordre choisi par l’interprète, ces moments ont une valeur d’anticipation, ou au contraire de mémoire.

 

    Quant à la volonté unificatrice, c’est celle qui considère la percussion come capable d’élaborer des lignes chantées, même dans les successions rythmiques de doubles croches dont la vitesse est forcément maintenue par l’allure de la bande, même si la synchronisation exacte n’est souvent pas à rechercher à tout prix.

 

   Suivant l’ordre des parties choisi par l’interprète, il existe quatre versions possibles de “Quasi canto”.